Corbény vu du ciel
Centre-ville
École
Bibliothèque
Maison de retraite
Église
Le Vivier
Le Vivier

5. La station d'épuration

5.1 Arrivée des effluents et mesures

 

Le comptage des volumes grâce à deux débitmètres électromagnétiques. Le premier est de nature à déterminer la quantité des rejets de la Commune, et le second celui de l’Entreprise Génération 5.

 

Débitmètres de la commune et de Génération 5

 

Des mesures de pollution sont effectuées en trois endroits de la station. Les deux premières sont effectuées à l’entrée de la station pour la Commune et Génération 5. Les prélèvements sont effectués automatiquement, cela permettant de réaliser des échantillons représentatifs destinés à être analysé en laboratoire mensuellement.

 

Préleveurs de la commune et de Génération 5

 

5.2 Prétraitement

Le prétraitement permet de débarrasser les eaux des corps étrangers pouvant poser des problèmes dans la suite du traitement.

Le dégrillage est réalisé par un dégrilleur vertical présentant une maille de 20mm qui permet de retenir les déchets de grille.

 

A ce propos, les lingettes posent beaucoup de problèmes. Évitez de les jeter dans les toilettes.

 

Dégrilleur vertical et compacteur

 

5.3 Dégraissage

Les huiles et les graisses doivent être séparées de l’effluent pour éviter une inhibition des processus biologiques, favoriser le transfert de l’air dans la biomasse, réduire les flottants sur les ouvrages et améliorer le fonctionnement du traitement des boues.

 

Turbine de dégraissage

 

Racleur à graisses

 

Les effluents sont introduits dans le diffuseur circulaire. Une turbine de diffusion gazeuse est accouplée à une turbine de brassage, ce qui a pour effet de générer dans les effluents de fines bulles d’air et d’assurer un brassage du liquide et des matières en suspension. Les graisses sont déversées automatiquement par un raclage de surface dans la fosse spécifique.

 

Fosse à graisses

 

La graisse est ensuite évacuée par camion hydrocureur.

 

5.4 Dessablage

Les sables sont éliminés des effluents afin d’éviter leur dépôt soit dans les ouvrages, soit dans les canalisations. Il ne doivent pas être présents non plus dans les boues.

 

Les particules de sable tombent dans un ouvrage cylindro-conique et sont extraites par « air lift » graĉe à un compresseur, puis envoyées dans une fosse à sable. Une quantité maximum de traitement par jour ne peut être dépassée.

 

Compresseur à sables

 

Fosse à sable

 

Le sable est ensuite évacué grâce à un camion hydrocureur.

 

5.5 Traitement biologique et élimination de l'azote

La pollution carbonée, à savoir l'azote, est éliminée en quasi-totalité (90 à 95%) par la biomasse présente en grande quantité. L’azote est présent à l’origine dans les eaux usées urbaines sous forme organique et ammoniacale. L’essentiel est sous forme dissoute.

Son élimination dans une station d’épuration par voie biologique fait appel à divers processus qui sont :

  • l’ammonification : transformation de l’azote organique en azote ammoniacal

  • l’assimilation : une partie de l’azote est éliminée avec les boues en excès

  • la nitrification : l’azote ammoniacal est transformé en nitrates

  • la dénitrification

Toutes ces étapes nécessitent un bassin d’aération apportant de l’oxygène à chaque étape biologique.

 

Bassin d’aération

 

Afin que le processus biologique puisse fonctionner, il est indispensable que chacun limite sa consommation d'eau de Javel.

 

5.6 Dégazage

Les liqueurs mixtes en provenance de l’aération contiennent des micros-bulles et des boues flottantes. Elles sont retenues par le dégazeur raclé :

 

Dégazeur

 

Les écumes éventuelles sont envoyées dans une fosse spécifique :

 

Fosse à écumes

 

5.7 Clarificateur

Le flot biologique est séparé ensuite de l’eau traitée grâce au clarificateur qui est aussi un bassin d’aération constitué d’un racleur. Ce dernier récupère les sédiments déposés au fond, pour les diriger vers le puits à boues. L’eau clarifiée est quant à elle évacuée par surverse.

 

Clarificateur

 

5.8 Filtre tertiaire

Corbeny ne possède pas d’exutoire naturel. L’eau traitée est donc infiltrée dans le sol grâce à des noues d’infiltration. Celles-ci sont sensibles à l’encrassement. L’eau est donc finement filtrée avant son infiltration dans le sol. Cette tâche est réalisée par le filtre tertiaire qui est intercalé entre le clarificateur et le canal de sortie.

 

Filtre tertiaire

 

L’eau à filtrer arrive par le centre du tambour et percole à travers une maille de 10μm.

 

Eau à la sortie de la STEP

 

5.9 Auto-contrôle en sortie

Le débit d’eaux traitées est mesuré grâce à un débitmètre. Par ailleurs, comme à l’entrée, un préleveur automatique est installé. Il permet de réaliser un échantillon représentatif destiné à être analysé en laboratoire mensuellement. L’objectif est de vérifier que l’eau en sortie respecte les normes de traitement prévus lors de la construction de la station d’épuration.

 

Préleveur automatique

 

5.10 Noues d’infiltration

 

Une fois l’eau traitée et filtrée, elle est infiltrée dans le sol grâce à un jeu de 50 noues d’infiltration :

 

Noues d’infiltration

 

5.11 Casiers rhizophytes

Filières boues : D’une façon régulière un prélèvement des boues fraîches est effectué depuis le fond du bassin d’aération. Ce prélèvement est envoyé vers les 6 casiers rhizophytes, plantés de roseaux.

 

Casiers

 

Les plantes sont utilisées pour empêcher que les boues ne forment une croûte compacte et hermétique. Grâce au vent, cette croûte est fissurée. Les plantes sont ensuite recyclées comme biodéchets. Quant aux boues elles sont destinées à l’épandage sur parcelles de culture.

logo CCCD

picardieaisne